Négocier en Asie est un art.
C’est à la fois simpliste, nécessaire mais assez difficile voir complètement prise de tête.
ALORS COMMENT BIEN NÉGOCIER?

 

Lorsque j’ai débarqué en Asie, ce concept m’était étranger.
C’était assez mal-aisant.

 

On cherche à ne pas payer le double voir le triple de la valeur réelle (que l’on ne connait pas au départ, forcément) de l’objet… Mais on a pas envie d’être en conflit  dès notre arrivée!
Nous avons du pouvoir d’achat, et c’est important de le partager en voyage, mais le nombre d’arnaques dont j’ai été victime dès les débuts! J’en ai parfois perdu mon sang froid.
Négocier peut mener à la colere

 

Mais ne vous inquiétez pas, la majorité des locaux connaissent les règles et jouent à ce jeu tout les jours.  C’est à vous  de vous adapter, et de vous prendre au jeu. Car oui ce n’est qu’un jeu!

 

 LES REGLES
La règle d’or pour le voyageur est de négocier avec sympathie et le sourire!
Cela est parfois bien difficile quand on débarque à un endroit après 10h de bus  et que des dizaines de chauffeurs de tuc tuc vous sautent a la gorge pour vous demander « where do you go »… »

 

 Mais même dans ce cas ne pas leur manquer de respect et garder le sourire est primordial.
Pour eux vous n’êtes qu’un  touriste parmi d’autres : à vous de prouver que vous n’êtes pas si difficile à berner! Vous connaissez le jeu.
Négocier est utile en asie pour nourrir leur famille birmanie

 

Parlez avec eux, approfondissez, détendez l’atmosphère en leur posant des questions, expliquez que vous voyagez pour un peu plus longtemps, ou que vous avez déjà visité tel ou tel pays…et leurs prix vont s’assouplir rapidement.
A vous ensuite d’effectuer le fameux « Ping-Pong Négociant« .

Il vous annonce un prix très haut, vous donnez un prix très bas, vous vous rencontrez au milieu pour un gagnant-gagnant.

 

Certains transports, cependant, ne jouent pas le jeu et ne négocient pas.

 

BOUHHHHHHHHH!!

 

C’est le cas lorsqu’ils savent qu’ils sont votre seul espoir pour aller où vous voulez…

 

Conseil important: Pensez-à regarder la distance de votre destination pour estimer un prix juste puis tentez de vous en approcher un maximum en commençant plus bas bien entendu.

 

Ne lâchez rien, parfois changer tout simplement d’interlocuteur peut vous faire gagner.

 

Si par contre, ils se sont tous mis d’accord sur le prix, il ne vous reste plus qu’à :
1) Chercher une autre station où Négocier

 

La technique du « dos tourné » marche très bien.
Cette dernière est difficile à acquérir au départ, mais est efficace et vous sera utile partout dans le Monde.

 

Pensez-à ne pas vous enfuir trop vite car la plupart vous arrêteront pour une dernière proposition. Si ils ne le font pas tant pis pour eux.

 

Partez du principe que vous perdez dans tout les cas. Vous ne paierez que rarement le prix local.

 

S’en approcher est déjà une petite victoire.

 

 négocier une victoire en asie
Et si l’on prend du recul, n’oubliez pas que nous avons beaucoup d’argent ici… 

 

Je me suis vu batailler comme un forcené pour 50 centimes avant de me rendre compte que cela n’en valait pas la peine: ils en ont plus besoin que nous.

 

Même si l’on doit faire attention à son budget en tant que « long term traveller », n’oublions pas de remettre les choses en perspective..

 

Ne bousillez pas votre moral pour des économies de bout de chandelle. 1 euro n’est rien pour vous mais c’est un bon repas pour votre interlocuteur.

 

Les cas difficiles:
LE BUS

 

On peut négocier son transport dans certains endroits. Notamment les bus: s’il n’y a pas de prix fixe marqué quelque part, vous aurez à négocier!
négocier bus vietnam

 

N’acceptez pas de but en blanc les prix que l’on donne « à la gueule du client ».
Dans certaines stations de bus, les organisateurs sont malins et ont trouvé une parade: ils vous donnent un ticket avec un prix fixe, empêchant toute négociation.

 

Sauf qu’ils ont différents prix par ticket et les distribuent a la tête des clients crédules. Dans ce cas, vous pouvez tenter de montrer les autres tickets en refusant de payer celui proposé mais la démarche est périlleuse.

 

Cela a marché une fois pour moi, et la seconde fois, le conducteur du bus s’est carrément arrêté au milieu de la route pour me virer du bus…
A vous de voir les aventuriers 🙂
TUC-TUC / TAXIS

 

Les tuc-tuc et taxis restent tout de même les négociants les plus rudes.
Heureusement certaines parades existent.

 

Ma fierté m’a parfois amener à marcher 2 kilomètres avec 15kg sur le dos…

 

Mon conseil serait donc de ravaler votre fierté d’Européen  (voir typiquement Française) de temps en temps pour sauver votre soirée et votre dos.

 

Une de mes règle numéro 1 vous sera également utile notamment dans les restaurants sans menu: négociez le prix avant le repas pour pouvoir changer au besoin, car c’est une spécialité de vous donner un prix exorbitant a la fin d’un repas.

 

Vous n’avez plus qu’à payer les pois cassés (ou ce que vous aviez commander aveuglement) ou jouer avec votre chance quand ils appelleront la police.

 

En tout cas n’oubliez pas et n’ayez pas peur de négocier dès que vous pouvez, avec fermeté mais intelligemment.

 

Vous verrez que l’on s’y habitue.
Vous aurez tout le temps de payer sereinement des prix fixes de retour en Europe 🙂

 

 

One Reply to “Négocier n’est pas jouer (ASIE)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :